… Un jour j’irai a New York avec toi…

Bonsoir tout le monde,

NYC nous voila, nous ici, nous y sommes ! Nous sommes arrives hier en fin de matinée.

Mercredi, après un vrai bon petit déjeuner servi dans l’hôtel avec céréales, muffins et jus d’orange, nous sommes partis à Cambridge pour fouler les pas des étudiants d’Harvard. Le campus est une véritable petite ville, arborée, très verte, très spacieuse et les bâtiments, rouges et imposants, sont exactement comme dans les films. Nous avons flâné une petite heure. Une heure et deux minutes plus précisément, c’est le PV délicatement déposé sur notre pare brise qui nous l’a indique … Ils devaient nous guetter les fourbes ! 

Nous avons donc rejoint Boston a quelques kilomètres de la, avec un peu d’amertume…  Nous avons également pris le temps de nous promener dans le centre ville, profite de l’effervescence des lieux, en déjeunant a une terrasse ombragée. Nous n’avions pas réservé d’hôtel pour le Cape Cod (lieu de la célébrissime série Dawson), presque ile située a environ 1h au sud-est de Boston (en pleine cote Atlantique) et nous ne nous sommes donc pas attardes de peur de ne rien trouver en ce week end décidément interminable du 4 Juillet.

Pas de panique, nous avons trouve en un tour de main après avoir collectionne les petits coupons des publicités récupérées sur les aires d’autoroute le long de notre périple : pour le prix d’un motel de bord de route nous avons pu nous payer un hôtel tout confort avec petit déjeuner gargantuesque, piscines intérieure et extérieure ainsi qu’un jacuzzi, le grand luxe nous ne nous attendions pas a cela ! Pas besoin de vous préciser que nous avons larmuse dans les bassins une bonne partie de l’après midi.

En fin de journée, nous sommes passes au poste de police pour tenter de régler notre amende. Nous étions un peu impressionnes, sont pas connus pour être commodes les « cops » américains ! Tout s’est bien passe, on nous a juste explique qu’il fallait régler via internet… sont modernes dis donc ! Nous avons termine la journée par un magnifique coucher de soleil sur la plage, so romantique …

baleineHier matin, réveil tranquille (surtout pour Flo et moi qui avons eu une panne d’oreiller). Nous sommes partis a l’extrême pointe de la presque ile (Provincetown) pour la journée, juste après un détour dans l’usine de chips du coin (et bien oui, on a des gourmands dans la team… devinez qui ?). Nous sommes partis à la recherche des baleines, elles sont en pleine migration à cette époque de l’année. Nous avons donc pris la mer pendant plus de 3h, sur un océan d’huile (est ce que ca se dit ?) a guetter ces géantes des mers. Malheureusement, même si nous en avons vu 5 dont un petit baleineau, si ce dernier prenait l’endroit pour un veritable terrain de jeu (sooo cute), les autres étaient bien plus occupées a se goinfrer de plancton : nous avons donc vu des dos, beaucoup de dos, de nageoires et de queues, mais aucune ne nous a offert de majestueux bond comme j’avais pu le vivre dans les eaux chaudes de Madagascar. La sortie en mer était tout de même géniale, et les reines des océans, toutes proches, toujours aussi impressionnantes !

dunesQuelques coups de soleil plus tard, les marques disgracieuses de tee shirt et shorts sujettes amoqueries, nous avons pris notre petit plan récupéré a l’office du tourisme du coin et sommes partis a pied, a travers les dunes du cap pour le ½ miles annonce avant les plages de sable blanc… nous avons tout d’abord longe une route sans trottoir et pas très safe, traverse une petite foret de pin marécageuse ou nous avons servi de déjeuner a tous les moustiques des environs (le Routard n’est pas qu’utile a s’orienter, il peut se révéler être une redoutable tapette), nous sommes ensuite perdus au milieu des dunes en voulant « gagner du temps » et en sortant des sentiers…  lorsque nous avons retrouve enfin la route et que nous demandions la distance a parcourir aux cyclistes croisant notre route, sans s’arrêter ils nous criaient : « ½ miles again ! », puis « 1 mile and a half », et enfin « 3 miles ». Nous avons littéralement éclaté de rire, surtout en découvrant 1h plus tard le panneau des rangers a l’échelle (la vraie), annonçant encore plus d’une heure de marche dans le « désert » avant d’atteindre ce foutu océan. Flo est donc parti récupérer la voiture en montant dans le bus local et nous avons file vers la plage par la route ; trop facile ! Nous avons fonce dans l’eau pour calmer les dizaines de piqure d’insecte et calmer notre transpiration… so good !

moiplageSoudain, j’aperçois une forme sombre qui ondule dans l’eau à une vingtaine de mètres de nous. Mon imagination me joue souvent des tours, je laisse donc tomber et prends cela pour un enfant qui s’amuse… la chose se rapproche, les baigneurs se lèvent, crient, pointent du doigt dans la même direction. C’est un phoque, un petit phoque solitaire qui se ballade tranquillou bilou a quelques mètres de la plage, sort de temps en temps la tète de l’eau, s’approche de nous, semble nous regarder puis trace son chemin. Deux, trois, quatre de ses congénères (peut-être des morses, pas sure) passeront ainsi devant nous ! Je sautillais comme une folle ! Nous avons fini la soirée dans un restaurant grill pour déguster de très très bon morceaux de viandes, et n’avons pas tarde à nous coucher…

Hier matin, le réveil a sonne a 6h. 5h de route nous séparaient de New York City, et nous devions rendre la voiture de location en tout début d’après midi. Voiture de location pour laquelle nous avions pris l’option « réservoir vide », en d’autres termes « calcule bien ton coup mon p’tit », pour ne pas leur offrir quelques gallons de fuel en surplus, tout en évitant de pousser la voiture sur le périphérique entourant Manhattan. En arrivant dans la capitale économique et en la contournant encore et encore, nous avons décidé de la jouer sport une fois sur la réserve en optimisant: vitesse limitée, pas d’à-coups, couper la climatisation (en sachant que nous ne pouvions pas ouvrir les fenêtres sous peine de s’intoxiquer aux pots d’échappement dans les nombreux tunnels… donc petit sauna) ! Arglll, on a tout de même remis un petit gallon d’essence après 10 minutes sur la réserve… on est trop faible !

Nous avons bien fini par quitter notre titine, petit carrosse qui nous aura ballade à travers plus de huit états et deux fuseaux horaires la brave ! Nous voila donc a NYC, la fameuse, la célèbre, mais aussi la sale, la polluée, la bruyante ! Nous avions réservé un appartement au cœur de Manhattan, arrives finalement trop tôt, nous sommes allés poses les bagages aux bureaux de la société… je me reprends, au cagibi de la micro société… nous n’étions pas vraiment rassures en laissant nos affaires. Nous avons attendu 17h pour pouvoir accéder a notre « cocon », le rasta, homme de ménage, qui était censé nettoyer l’appartement a du s’endormir dedans ou plutôt y faire la fêeeeete vu l’état dans lequel nous l’avons récupérer… bref on est a Manhattan, New York, Neeeeew York, on ne va pas se plaindre ! Nous avons fait un peu le planning, il y a beaucoup trop de choses à voir je sens que l’on va courir, mais ca nous mettra dans l’ambiance frénétique de cette ville qui ne dort jamais !

Mille bisous du bout du monde,

Les Apprentis Nomades

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *