Plus qu’une semaine avant le retour…

Namaste,

C’est depuis mon lit, une dizaine de pilules avalés, des huiles essentielles sur le ventre, ma bouteille d’eau et mon stock de banane que je vous écris aujourd’hui… et oui, la nourriture indienne a eu raison de moi. Je vous laisse imaginer ma nuit blanche entre le bord du lit et les toilettes à la turque, les nausées, les spasmes… en rationnant ma seule petite bouteille d’eau pour me réhydrater. Maman a beau être a plus de 10 000 km c’est bien elle que j’ai appelé à 2h du mat heure locale pour la fameuse thérapie magique dont seule les mères ont le secret et pour occuper mon insomnie. Heureusement, je suis aussi entourée de médecin et ce matin, ça a été consultation à domicile avec tout un tas de remède de l’allopathie, à l’homéopathie en passant par les huiles essentielles et les points d’acupuncture…

Ce repos forcé me permet donc de prendre mon clavier et de vous donner un peu les dernières nouvelles. Après vous avoir quitté, nous avons eu 4 jours de off mais malheureusement sous la pluie. Et Varanasi sous la pluie dans les rues en terre battue ce n’est pas ce qui est des plus agréables surtout lorsque poubelles et excréments s’y mêlent. Du coup, nous sommes resté plutôt tranquille, en avons profité pour un peu de shopping, la visite de temples, les promenades sur les ghats et la mise à jour de nos dossiers de patients. Nous devions aller à la fameuse Khumb Mela, le plus grand rassemblement religieux au monde (40 millions de pélerins par jour). Malheureusement, la pluie et la tempête a retourné les milliers de campements, mis à mal les toilettes de fortunes avec les conséquences sanitaires que vous imaginez. Nos deux médecins sont partis sur la journée, persuadé que des milliers de cas de choléra serait déjà déclarés… finalement, cet événement aussi gigantesque soit-il a été brillamment organisé, les risques d’infection ont été canalisé, rien a signaler. Pendant ce temps le reste de l’équipe et moi avons profité du retour d’un temps plus clément pour nous rendre à Sarnat, à une vingtaine de kilomètres de Varanasi, haut lieu spirituel pour les bouddhistes car Bouddha aurait donné ici ses premiers enseignements, des centaines d’années avant Jésus-Christ. Le lieu est très beau, les fouilles archéologiques impressionnantes et l’énergie du lieu, que l’on soit croyant ou non, transporte inexorablement !

Mardi les consultations reprennent, dans la campagne profonde, à Annapurna, le centre de femmes. Après nous avoir accueilli avec des colliers de fleur et l’application à la peinture d’un troisième œil, nous avons pris notre temps pour écouter et prendre soin de ces centaines de femmes. Comme toujours, les conditions sont difficiles, beaucoup d’épuisement, de stress, de conflits avec leur mari, de violence conjugale… nous accueillons cette parole avec toute la bienveillance que nous pouvons mais aussi avec beaucoup d’impuissance.

Le lendemain, avant de retourner à Annapurna, l’équipe nous a préparé une surprise. Nous assistons à une Puja, cérémonie de don et d’offrande. Pieds nus dans le temple, nous sommes accueillis par un officiant hindou qui nous offre des colliers de fleurs et de l’eau que nous déposons sur l’autel sous ses mantras obsédant. Puis il nous tend de l’encens, des bougies, et nous faisons monter les volutes de fumées en cercle. Enfin, après nous avoir rendu les colliers de fleurs ainsi bénit, il nous noue un fil de couleur rouge et jaune autour de poignet, applique sur notre front une peinture végétale orange et finit par le chakra rouge… c’était un moment très émouvant d’autant plus que Marianne et Xavier nos deux médecins se sont unis à cet endroit même il y a 5 ans.

Hier, après deux de routes, nous allons à l’école d’Embetkar, pour consulter une cinquantaine d’enfants. Ils ont organisé les lieux avoir beaucoup de soin, le lieu est très agréable, nous nous perfectionnons dans l’enchaînement des différents examens et soins… un vrai plaisir pour travailler. Les enfants sont plutôt en bonne santé, les professeurs et parents sont cependant très anémiés, très intoxiqués, au bout du rouleau… nous suspectons une infection par le plomb et les pesticides car ce village, aussi beau soit-il au milieu des champs de moutarde à fleurs jaunes, a subit le passage de la « révolution verte ». Encore une fois, le sentiment d’impuissance nous gagne.

Bon et pour finir sur une note un peu plus fun comme j’en ai le secret, voici l’expérience d’une fille naïve. Pour une fois pas d’histoire de transport, dieu merci, mon passage à Lucknow semble avoir eu une influence positive sur ma malchance. Je décide après une journée de consultation de m’offrir un petit massage ayurvédique, sans trop savoir ce que c’est mais sur les conseils de ma belle bande de médecins, revenus baba de cette expérience ! J’y vais donc sereine, demande le package relaxation de deux heures pour une vingtaine d’euros, me déshabille, enfile le string en papier fort peu seillant il faut le préciser et monte sur la table. Et alors là, à peine avait-elle posé les mains sur moi que j’ai immédiatement senti les larmes monter… bordel, le massage ayurvédique n’a rien de relaxant sur le coup, la pression est infernale. Et vas-y que je t’appuie sur l’intérieur des genoux où la cellulite s’amuse à résister, et vas-y que je te joue du xylophone sur chacune de tes vertèbres en te demandant : « Stronger ? », et vas-y qu’elle fait le contour de toutes des côtes alors que tu ne supportes pas que l’on touche tes os… et surtout vas-y que je te tire les cheveux une fois, deux fois, trois fois (là tu te dit que c’est bon pour toi, que ça relance la circulation, les flux, tout ça tout ça…), quatre fois, cinq fois (là tu suspecte la blague ou bien qu’elle est jalouse de ta tignasse et que ça va bien finir par s’arrêter…), six fois, sept fois (bon là dans ta tête tu te dis encore une fois et je vais lui mettre ma main à travers la figure), et ça s’arrête enfin ! En conclusion, je vous le conseille car malgré les cheveux huileux qu’il faut laver 3 fois ensuite et en en voyant pas mal tombés quand même (naaaaan, mais ils étaient morts c’est sûr … !), le sentiment d’apaisement arrive par la suite et là c’est un vrai moment de bonheur, si si je vous jure !

Aujourd’hui donc repos et banane pour moi. Le reste de l’équipe se promène ce matin. Cet après-midi Véronique la kiné et Marianne formeront le staff référent et les professeurs des écoles pour notre projet de santé communautaire : une « école » du dos afin de promouvoir les bonnes postures et les étirements (basés sur les exercices de yoga qui sont majoritairement pratiqués par les indiens) nécessaires à un bon développement pour les enfants et limiter les douleurs ostéoarticulaires chez les plus grands.

A très bientôt,

Je vous aime fort, une fois encore merci pour vos commentaires qui me rapproche un peu de vous malgré les milliers de km de distance,

Mille baisers du bout du monde,

Votre Apprentie Nomade

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *