Week end au soleil !

Bonjour tout le monde,

Aujourd’hui un « bref » post pour vous raconter nos aventures en terres marocaines. Ce week-end, fuyant la pluie et le froid du nord, nous avons retrouvé une joyeuse bande d’amis pour un séjour à Marrakech : Loic et Anja, Florian N, Sébastien et Benjamin. Départ pour nous mercredi soir, pour un vol direct pour Marrakech… finalement nous arrivons une heure plus tôt que prévu car notre compagnie a oublié de répercuter le changement d’heure ! …

Bon dans ce sens là tout va bien, nous prenons un bus pour le centre ville et retrouvons nos amis sur la célèbre place Jemaa El Fna au milieu de l’animation des rabatteurs, des charmeurs de serpents, des hordes de touristes, des danseurs, des odeurs de tajines en tout genre ! Un vrai folklore jusque dans les ruelles sinueuses alentours. Le riad du père de Loic, Amour d’Auberge, est à quelques mètres de la place, c’est génial ! Nous prenons nos quartiers dans un des dortoirs et filons nous mêler à la foule. 

Et puis moi dans le genre je commence à avoir un peu d’expérience dans la préparation des bagages, là… pfioooou, j’ai fais mon sac avant de partir comme si je redescendais voir mes parents dans la Drôme. Aucune trousse à pharmacie, aucun pansement au cas-où, ni de comprimés en cas d’indigestion ou tourista…. pas de gel hydroalcoolique pour me désinfecter les mains avant de manipuler mes lentilles de contact, ni de lentilles de rechange… et le must du must… pas de lunettes de soleil ! Oui, on pourrait dire que je suis un peu venu les mains dans les poches, ne réalisant pas que j’allais au Maroc. Donc au final, même si l’hypocondriaque que je suis a flippé une bonne partie du séjour en mettant sur son nez une paire de lunettes Dior à 3 euros non négocié (cherchez l’erreur), a saoulé son Chaloup de « Oulaaaalaaa j’ai pas les yeux rouges dis… ? », ou alors « Touches, j’ai pas les paupières super chaudes ? » ou encore « Et toi fais voir tes yeux pour comparer ! » toutes les demis-secondes … bref, j’ai acheté des lunettes de soleil au Maroc et je les ai laissé, pas folle la guêpe !

Les petits tracas réglés, du désinfectant acheté et après avoir fait la check-list de toutes les petites trousses à pharmacie de mes compatriotes pour me rassurer, nous prenons un mini-bus et partons sur les routes de l’Atlas pour deux jours de trek. Le soleil est au rendez-vous et la chaleur est parfaite en montant en altitude (environ 2000m). Les sommets à 4000m au loin sont encore soupoudrés de neige, dans la vallée et les monts que nous traversons, la végétation aride tente de se faire un peu de place entre les rocailles, tandis que la rivière qui coule au fond offre des oasis surréalistes tant la palette de vert est intense. Le panorama est à couper le souffle, et malgré les 6h de routes un peu chaotiques, nous ne nous lassons pas du paysage.

  

Nous sommes logés en gîte, avec une petite terrasse, des chambres sommaires avec salle de bain commune, bien au frais protégés par la trentaine de centimètre d’épaisseur de murs en terre. Jeudi et vendredi nous alternons donc randonnées de 3-4h sur les crêtes et le long des ruisseaux, mais aussi bronzette sur la terrasse et dégustation de couscous et tajines à se rouler par terre ! Bah oui quoi, faut bien reprendre des forces non ?

Vendredi soir, retour sur Marrakech. Nous sommes tous HS, la soirée sera brève. Samedi, expédition en bus jusqu’à Essaouira sur la côte Atlantique à 2h30 de bus. Nous flanons dans la Medina, beaucoup plus calme que les souks de Marrakech, dégustons poissons grillés et pâtisseries marocaines en prenant notre temps… c’est bon les vacances ! Et puis après nous jouons malgré nous un remake de « L’opération Tempête du Désert ». Car à Essaouira, il y a le soleil, la plage (les coquillages et crustacéeees) mais aussi du vent, beaucoup de vent !!!! Du coup, la mission est de pouvoir trouver une dune ou même un ridicule monticule de sable pour se protéger des rafales de vent qui nous fouette ! Echec sur echec, nous avancons une serviette sur le visage pour éviter de croquer tous les grains de la plage. Je suis bien heureuse d’avoir mes lunettes Dior, car même si elles te grillent la pupille au moins elles empêchent un tant soit peu de te les abrasés par cette saleté de sable coriace. Le pire c’est quand on se rend tous compte que ca fait 45 mn que nous arpentons la plage dans tous les sens, qu’il est 15h et que le soleil se marre bien là haut… du coup, tentative d’application de crème solaire qui se transforme en un gommage corporel puis à une colle super glue qui se prend pour un aimant à sable… au final, pas d’autres solutions que de se jeter à l’eau à 18 degrés, puis il est déjà temps de retourner au bus ! Un petit échec ! La prochaine fois je prend mon chèche du désert !

Hier, après une matinée tranquille à profiter de la terrasse du riad et à boucler nos affaires, nous nous perdons dans les dédales du souks, refusons de manière mécanique les « regardes ma babouche, et gazelle tu veux pas ma babouche ! », ou « tiens, un plat à tajine de 8km de diamètre, non non ca prend pas de place, prends le c’est pas cher, c’est moins cher que gratuit !!! » Ah bah oui, tiens !

C’est toute une ambiance, tout un jeu, tout un folklore. Bon, pas vraiment au goût des deux garcons qui me suivent, j’ai nommé les deux Florian. Un, mon Chaloup, car l’idée même de mener les négociations l’insupporte au plus au point car il déteste pouvoir se faire avoir, l’autre car à peine être arrivé mercredi matin, seul, il s’est fait trimballé dans tout Marrakech et s’est fait dépouillé des 3/4 de sa fortune en se faisant avoir par le jeu des achats ! Pour ma part, j’ai joué à la gazelle négociante comme j’adore le faire pour quelques mètres de soie et des passementries en imaginant les robes ou tuniques que je pourrait me fabriquer. On m’appelait « le requin » en Inde, car discuter les prix, j’adore ca, une vraie pièce de théâtre !

Pour finir le séjour, petit repas végétarien tous ensemble en terrasse puis dégustation de pâtisseries et de thé à la menthe. Puis il est temps de repartir chez nous. Depuis la matinée le doute nous assaille, quels sont nos horaires de vols. En l’achetant nous devions partir à 19h45 et arriver à 1h15 à Bruxelles. Sur nos billets papier il est imprimé 20h30 arrivée 3h20 (pitêtre qu’ils nous font passer par la Chine !) ? En parcourant le site de la compagnie, il est affiché départ 21h pour une arrivée à 3h10 avec escale à Agadir, et sur le site de l’aéroport, notre vol n’existe tout simplement pas ! Bon… no stress, nous avons l’habitude ! Au final, l’hôtesse d’accueil nous donnera nos billets avec des horaires encore différents, nous passerons bien par Agadir et au final arriverons avec plus d’1h30 de tard que ce qui était annoncé sur nos billets finaux ! A ne rien y comprendre… Couchés à 4h du mat la nuit fût courte, Flo vient de repartir en Europe de l’Est pour le boulot et je repars mercredi dans le Sud de la France ! Au final, le sketch du mariage était loin d’être faux 😛

Les photos arriveront sur la galerie très vite ; en attendant, via mon Facebook.
Sur ce, mille baisers,
A très vite sur les routes du monde,

Vos Apprentis Nomades

PS : Nous sommes en train de refaire le site des Nomades, il nous a été rapporté des problèmes avec celui-ci. En attendant que l’autre soit opérationnel, n’hésitez pas à nous signaler si vous avez des soucis.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *