5 août 2009

Maeva est toujours aussi allergique, et tout ça se transforme en crève … manqué plus que ça ! Mes boules quiès me sauvent ma nuit mdr car c’est sur qu’avec un nez bouché on ronfle encore plus fort mdr ! pauvre choute ! Aujourd’hui, nous sommes parti à 6h30 direction Tsirimandidy, à 4h de route, le chef lieu de la région où se situe le seul hôpital avant Tana. Pour être franc, Dr Julien nous a expliqué qu’il n’envoyait jamais de patient là bas, il préférait pousser jusqu’à la capitale même si c’est 6h de route … on a compris en découvrant la vétusté du centre. Des pavillons un peu crapouilloux, mais surtout nous avons beaucoup rigolé en voyant leurs enseignes comme médecine et morgue au même endroit. Nous aurions adoré visité leur service de réa et bloc opératoire, mais tous les médecins étaient en colloque, nous n’avons pas pu avoir d’autorisation. Cependant, le cadre de santé responsable de la qualité des soins, a tenu à nous recevoir en nous posant pleins de questions (on aurait dit un entretien d’embauche) et nous répétant milles fois qu’il était très interessé, que des infirmières françaises ici serait un don du ciel mdr ! Il nous a expliqué que beaucoup de patients mourraient de maladies nosocomiales … on lui a promis de lui envoyer de la doc sur le lavage des mains, le principe propre sale et le circuit des poubelles qu’il nous demandé. Nous avons été beaucoup surpris, nous pensions que les médecins étaient formés sur cela…

Pendant ce temps, l’infirmière Anta, récupérer des vaccins dans une glacière. J’ai été paniqué tout le  voyage de leur conservation … surtout en constatant désespéremment que cette même glacière, pleine, que nous avons récupérer à 10h du matin n’a été livré au frigo du dispensaire qu’à 19h ; et il faisait un soleil de plomb… no comment ! Nous avons passé le reste de la journée dans la voiture et à faire des courses dans les marchés. Les trajets en voitures sont rares, tout le monde y est allé de sa petite commande, ce qui est normal … mais nous en avons vite eu marre. Surtout que la fille d’Anta nous accompagné : 4 ans, chipie, hyperactive, capricieuse et pas de bouton stop ! Epuisant ! Sur la route, nous avons beaucoup rigolé, en découvrant des moyens de transport que nous n’aurions pu imaginer dont « speeder cochon » : un cochon bien vivant, enroulé dans une natte, les pattes avant d’un côté, les autres derrières, et le tout accroché au porte bagage d’un vélo mdr !!!! Nous avons récupérer tout un tas de personnes en chemin qui revenait sur Ampatsimpotsy : nous avons fini à 13, entassés dans un minuscule 4*4.

La suite, vous l’avez eu précédemment, c’est ce que nous avons raconté lors de notre première soirée sur Tana. 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *