Au coeur de la ville mystique

IMG_3719Namaste,

Avec le manque de sommeil, la sensation de se sentir à l’autre bout du monde, et les premières visions chaotique de Varanasi… la nuit du 1er est difficile. Heureusement Perrine est là pour recueillir mes angoisses, me déstresser et m’aider à me réendormir vers 4h du mat.

Hier, nous prenons notre temps pour émerger puis partons nous promener le long du Gange. Comme la veille et comme chaque jour, les buchers de défunts sont disséminés au bord de l’eau. Au milieu de cette vision si particulière de la mort s’entassent des montagnes de déchets, quelques cadavres d’animaux flottent, à quelques pas un enfant joue au cerf-volant, des femmes lavent leur linge, une poignée d’hommes se savonnent, d’autre prient… tout ça avec un joyeux mélange d’odeurs de mort, d’encens, de bois de santal, d’urine, de bouse de vache. Le Gange est censé purifier l’esprit et le corps… notre regard occidental en doute sérieusement..

Nous nous restaurons dans un petit restaurant typique, je teste les premières dosa (sorte de crêpes), uttapam (galettes de riz fermenté agrémenté de légumes et oignons), puri (sorte de petit beignet gonflé et croustillant), du yaourt, du thé… très bon lorsqu’on évite les condiments épicés qu’ils ont la fâcheuse tendance à mettre partout. La cuisine indienne n’a rien à voir avec l’importation française mais c’est un vrai délice !


IMG_3614

L’après-midi, nous nous perdons dans les minuscules rues du centre ville, un vrai labyrinthe où il faut contourner les vaches sacrées et tenter de ne pas se faire faucher par les motards fous du klaxons. Loin des rues principales, au calme, nous rentrons dans une boutique de tissu. Nous nous déchaussons, grimpons sur les matelas au sol, et fouinons au milieu de milliers de tissus colorés. Aucun autre touriste que nous n’est présent, seules quelques indiennes font leurs emplettes et nous regardent amusées lorsque nous tentons de mettre un sari. Elles viennent alors près de nous, rient, nous parent telles des princesses des milles et une nuit. Nous restons des heures ainsi, hors du temps.

IMG_3623

En rentrant nous croisons des dizaines de couples en pleine célébration de mariage. Elle, tirée par son futur époux ou tenu à lui par un nœud à son sari. Moi j’aurai gardé un ciseau dans ma poche, aurais coupé discrètement ce lien et serais parti en courant … ! C’était plus cool le 11 Août.

Le soir, expédition dispensaire avec Perrine pour que je puisse poser tout le matériel médical dont j’ai bourré mon sac à dos pour la mission. La nuit arrivant, nous ne tardons pas et prenons le premier cyclopousse sur le chemin. Nous tombons sur un vieux gars, fou furieux, tout bourré avec une inconscience totale : traversant les carrefours sans un regard à droite ou à gauche, remontant les voies à contre-sens, priant devant chaque temple avec de grands gestes, nous répétant en boucle les mêmes mots en s’esclaffant manquant de se débarouler la binette… Dr Tulsi, le médecin avec qui nous avons rendez-vous  nous appelle à deux reprises pour s’assurer que nous arriverons bientôt. En effet, il nous avez annoncé un trajet d’à peine dix minutes, voilà plus d’une demi heure que nous tournons en rond… notre chauffeur est comme qui dirait un peu perdu… Oufff, nous arrivons enfin, nous partageons un super moment avec le docteur et sa femme, discutons de leurs missions, du programme mais aussi de la vie quotidienne et de cinéma. J’ai été rassuré de voir les lieux et de rencontrer des hôtes aussi chaleureux. Je pense vraiment que ces trois semaines de mission aussi difficile risquent-elles d’être, vont être inoubliables !

IMG_3792

Aujourd’hui, petite ballade matinale en bateau sur le Gange, petit déjeuner-repas dans notre boui-boui favori, et bouclage de nos affaires. Nous sommes sur le toit de notre guest-house, observant les instants de vie quotidienne qui se déroulent sous nos yeux. Ici, les Indiens vivent sur leur toit, mangent, se lavent, se massent, font leur devoirs, papouillent leurs enfants. Nous partons en milieu d’après-midi en train direction le Darjeeling. Nous devrions arriver à 12h demain matin ! Ca promet d’être épique !

Gros bisous à tous merci pour vos messages qui me font à chaque fois chaud au cœur,
Tata (au revoir), see you

Votre apprentie nomade

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *